MOTIVATION :
des clés, déclics et des clacs

Déclencher, ouvrir et entretenir la motivation de ses équipes.

 

Par Laurence Vandeventer, consultante coach certifiée

Cliquez pour entrer

Pierre, comment peux-tu sortir de cette spirale ?

Depuis quelque temps, Pierre se sent particulièrement démotivé. Il entreprend des actions qui semblent échouer de façon quasi-systématique. Sur le plan professionnel, sa société qui avait pris un bon démarrage, patine. Les difficultés organisationnelles s’accumulent, les clients râlent, ne se sentent pas écoutés dans leurs problèmes. Enfin, d’un point de vue personnel, ce sportif gagnant sort rincé de ses compétitions, comme si ses adversaires envoyaient en permanence la balle exactement là où il n’est pas ! Sa motivation s’étiole, ses réserves s’épuisent et son moral plonge au plus bas.

C’est alors qu’une amie lui parle du coaching…

« J’accepte de vous rencontrer, mais à vrai dire, je ne sais pas trop quoi attendre…. Je souhaite faire plaisir à mon amie. Entre nous, je ne crois pas au coaching. Je ne vois pas en quoi discuter de ce problème va changer la situation … »

La clé   Pierre, quelle est la raison de ta motivation ?

Pierre démarre donc ce processus pour faire plaisir à son amie. Son action est orientée vers l’autre. Peut-être, qu’ici, le sujet est justement celui-ci. Toutes nos actions sont orientées. Vers nous même, ou vers les autres. La question, ici, vous l’aurez bien compris, n’est pas l’égoïsme. Il s’agit uniquement de comprendre la direction vers laquelle se dirige notre motivation.

« Qu’est ce qui est important pour toi, Pierre ? L’état d’esprit dans lequel tu es, ou celui des autres ? » 

« Quand tu joues au tennis, joues-tu pour gagner, pour marquer le point ou pour partager un moment sympa et cool avec un partenaire ? »

Bien sûr, vous me répondrez que l’un et l’autre sont des sources de motivation et je vous répondrai que vous avez raison. Bien sûr que ces deux motivations sont valables, mais le sont-elles au bon moment, dans le bon lieu et avec les bonnes personnes… ? »

Autrement dit, mettez-vous toutes les chances de votre côté pour gagner le point, si votre priorité est que votre partenaire soit bien ?

ampoule-300x300 Comment être dans le bon état d’esprit, au bon moment ?

Un exemple : La troisième mi-temps au rugby. Elle est essentielle. Pourtant, elle n’arrive qu’après le match. Il y a un temps pour la gagne, le pouvoir, la maîtrise et il y a un temps pour prendre soin de l’autre, créer une relation sympathique de qualité….

Deux temps dissociés, deux états d’esprits complémentaires que vous ne pouvez vivre en même temps !

Comme le Cube de Necker, le visage de la vieille femme ou de la jeune fille… des états de motivations complémentaires à vivre, et qu’il est essentiel de vivre dans le bon moment.

clap-300x300A vous de jouer !

Et vous, avez-vous parfois l’impression que votre motivation va dans un sens différent de celui que vous voudriez ? Que les résultats pourraient être différents si quelque chose changeait ?

  • Imaginons un instant que ce « quelque chose » soit l’intention et l’état d’esprit dans lequel vous êtes ? 
  • Dans quelle direction voulez-vous déployer votre motivation en premier, puis en second ? Gagner, maîtriser ou prendre soin de l’autre ?
  • Comment vous placez – vous dans un état d’esprit ou dans un autre ?
  • Quels sont les éléments qui différencient, pour vous, l’un et l’autre de ses états ?

Evelyne, es-tu vraiment une Wonder Woman ?

Smiling business woman posing and looking at camera and office workers talking on background

Après des études en droit, Evelyne a travaillé dans plusieurs grandes entreprises, fondé une famille avec son mari. Elle a choisi d’arrêter son activité professionnelle il y a quelques temps pour se consacrer à sa famille. Entrepreuneuse dans l’âme, et pas du genre à attendre que le temps passe, Evelyne a monté une association du tonnerre, largement reconnue dans son entourage et même encore plus loin.

En même temps, depuis quelques temps, elle est comme un peu perdue. Tout devient compliqué, il faut tout faire pour que cela avance. Gérer les uns, les autres, suivre l’avancement des projets, les pousser, les tirer… Evelyne s’épuise et une forme de ressentiment se dresse en filigrane.

« Je fais tout, je donne tout et ce n’est jamais assez bien pour certains qui râlent … Tout le monde me voit comme une « WonderWoman » active et performante, mais en réalité, je suis épuisée et je sens qu’au fond de moi, tout cela n’est que façade ».

La clé Evelyne, tu as le droit de dire NON !

Au travers de nos séances, il s’avère que la WonderWoman, n’existe pas ! Tiens donc, comme c’est étrange …

La perfection est un concept intéressant…, mais cela n’existe pas. Et s’il est motivant de chercher à s’améliorer, à faire mieux, … s’épuiser dans cette quête impossible est en revanche contre-productif !

Evelyne, sur ce chemin, se sent complètement désarmée, sans confiance en elle. « Ok, j’ai monté une super association, mais est-ce que c’est vraiment ce que je voulais faire ? Est-ce que c’est ce que je veux laisser derrière moi ? Et puis, il y en a marre des personnes qui vous disent au détour de la conversation : « une association, super… et à part ça, tu fais quoi comme métier ? »

Des questions qui tournent en boucle, auxquelles Evelyne n’a pas de réponse. Une furieuse envie de passer par le fil de l’épée ces petites et grandes voix qui nous cassent le moral ?

« Dis-moi, Evelyne, imagine un instant, ton agenda vide de rendez-vous, vide de toutes ces charges … ? Comment te sens-tu ? »

Et la réponse fuse : « Vide, je me sens vide. Je ne sais pas ce que je veux faire ? »

Ok, donc peut-on supposer que ta stratégie jusqu’à présent, c’est :  » remplir mon agenda à craquer pour ne pas avoir le temps de penser, pour éviter de rencontrer ce vide…. » ?

Ma chère Evelyne, les bonnes nouvelles dans tout ça, c’est tous les talents que tu as développé dans cette perspective d’évitement : une grande capacité de travail et un sens de l’engagement fort qui te permet de te dépasser pour aller bien au-delà des attentes des autres. Tu es capable de penser aux autres. Voici quelques-unes de tes forces.

ampoule-300x300  Evelyne, la personne la plus importante, c’est qui ?

Evelyne, et si nous regardions ta situation autrement, aujourd’hui ?

Par exemple, peux-tu ressentir de la gratitude envers toi-même, pour tout ce que tu as fait, ressentir et observer tout ce que tu as pu apporter aux autres … C’est comment de se sentir bien comme ça ? Tu sais, quand tu es pleine de confiance en toi – même.

Il y a des mécontents, des râleurs ? Grande nouvelle, il y en aura toujours et c’est leur problème à cet instant. Parce que, là tout de suite, la personne la plus importante, c’est toi !

Faire les choses pour les autres, c’est bien. Les réaliser pour soi, aussi. Se féliciter, se gratifier pour ce que l’on fait bien, est un élément essentiel pour créer, développer la confiance en soi.

clap-300x300A vous de jouer !

  • Quelles sont les voix qui vous sabotent le moral ? Et si vous preniez soin de vous ? Si vous disiez un vrai « non » bien sincère quand vous n’avez pas envie de faire ce que l’on vous demande ?
  • Quelle puissance aurait alors votre « oui », tout aussi sincère  ?
  • Aujourd’hui, je vous propose de vous gratifier pour 3 éléments ou moments positifs de votre journée, qu’ils soient professionnels ou personnels, …, des éléments, petits ou grands, dont vous pouvez être fier

Jeanne, comment vas-tu rebondir ?

Female Architect Studying Plans In Office

Jeanne est directrice dans une organisation internationale et son contrat se termine dans quelques mois, après 10 ans de bons et loyaux services. Très investie dans son job, elle a vécu plusieurs missions d’expatriation. Ses enfants sont grands désormais et Jeanne sent de nombreuses questions dans sa tête. Evidemment, si les questions sont bien là, insistantes, les réponses, elles, tardent à arriver… « Est-ce que je vais savoir rebondir, trouver un nouveau job ? À mon âge, c’est difficile sur le marché, les postes sont rares et les jeunes ont les dents longues… »

admin-ajax   Jeanne, et si tu écoutais tes émotions ?

En échangeant avec Jeanne, il apparaît que l’anxiété est bien présente. Très focalisée sur son objectif initial de trouver un emploi pour assurer la sécurité financière de son foyer, Jeanne vit mal cette situation de frustration et se sent désemparée. En creusant encore, d’autres émotions affleurent.

Protégée par le cadre bienveillant du coaching, Jeanne ouvre alors la porte sur ses émotions et se rend compte que l’amertume n’est pas loin. Comme lorsque l’on se sent oublié alors qu’on a donné beaucoup, cette sensation de perte alors qu’on a fait tout ce qu’il fallait. Et puis aussi, peut-être la culpabilité. « Cette situation n’est pas juste. J’aurai du anticiper, être plus proactive, je me sens fautive… »

Les émotions sont là en chacun de nous. Elles ont quelque chose à dire. Elles ont une raison d’être. Alors plutôt que de les enfermer dans une boîte, nous nous calons sur elles, pour les écouter…et puis… avancer avec elles autrement, différemment, avec un nouvel objectif.

ampoule-300x300  Jeanne, dans quel état de motivation souhaites-tu être ?

Alors, parce que le présent et le futur ne sont pas le passé et que nous pouvons changer notre état d’esprit : « Raconte-moi, Jeanne, quelle émotion as-tu envie de vivre maintenant ? Dans quel état de motivation souhaites-tu être ? »

La fierté sort alors le bout de son nez. Vous savez cette émotion qui vous fait sentir fort, puissant, capable de déplacer des montagnes… cet état de confiance qui gonfle les voiles du bateau pour avancer vite, loin et sentir le vent autour de soi, la lumière qui se reflète sur l’eau…

« Dis-moi, Jeanne, …, toi qui a mené de nombreuses réussites,…toi qui a su t’adapter en changeant plusieurs fois de pays, découvrir d’autres cultures…, dis-moi Jeanne, c’est comment la fierté pour toi ? Quels en sont les  détails essentiels à tes yeux ?

clap-300x300A vous de jouer !

Et vous, vivez-vous une situation similaire ou équivalente ? Peut-être ressentez-vous une forme d’anxiété qui vous sape le moral et la motivation ?

Imaginez un instant que vous la déposiez simplement à côté de vous, dans une poche, un tiroir… Je vous rassure, elle reste à disposition si vous en avez besoin 🙂

  • Avec l’espace que vous avez ainsi libéré, quelle émotion avez-vous envie de vivre aujourd’hui et demain ? Comment se traduit-elle pour vous ?
  • Quelle est la première action que vous allez enclencher pour être dans l’état d’esprit spécifique que vous souhaitez ?

Des clés, déclics et des clacs

Dans ce blog, je vous propose de parler de motivation. Pas de la motivation dans un contexte général, vide de sens et sans applications possibles pour vous, mais de la motivation comme le fait de se mettre dans le bon état d’esprit pour faire le plein d’énergie. C’est d’ailleurs pour un problème de motivation que la plupart de mes clients s’adressent à moi, et c’est pour cela que je souhaite vous apporter une nouvelle expérience de coaching via ce blog.

Pour cela, j’organiserai mes articles autour des clés, déclics et des clacs :

  • La clé qui vous permettra de dépasser une situation, de trouver un ou des éléments qui vous permettront d’être dans le bon état d’esprit au bon moment. C’est cette relation entre état d’esprit et timing qui vous permettra de trouver les ressources dont vous avez besoin.
  • déclic : Le moment ou tout se joue dans votre vie, ce qui vous permet de vous rendre compte que vous devez changer quelque chose, mais surtout, que vous pouvez le changer !
  • et clacA vous de jouer ! Pour optimiser l’expérience, je vous propose de vous munir d’une feuille et d’un crayon et de noter vos réflexions sur les questions que je vous pose, pour vous permettre de vous poser les bonnes questions. Notez votre objectif, trouvez des indicateurs qui vous permettront de savoir que vous êtes sur le bon chemin… L’important ici est que vous n’ayez pas l’impression de faire du surplace et que vous vous démotiviez. Le simple fait de vous poser ces questions montre que vous êtes sur le bon chemin.

Retrouvez mes articles en cliquant ici.

La motivation, c’est quoi ?

Si le terme « Motivation » est franchement galvaudé, il n’en demeure pas moins qu’il est aussi porteur de sens pour beaucoup d’entre nous. Porteur de sens ou porteur d’espoir, il reste toutefois que ce concept reste quelque peu confus. En psychologie, lorsque l’on parle de motivation, on désigne un ensemble de processus dynamiques, conscients ou inconscients, qui vont orienter l’individu vers l’action. Le Larousse lui la désigne comme les « raisons, intérêts, éléments, qui poussent une personne à agir ». Un peu vague. Pour notre part, on dira que la motivation c’est l’art d’être dans le bon état d’esprit, au bon moment.

L’idée de ce blog n’est pas de traiter le sujet, passionnant, de la motivation au travers des réflexions de philosophes grecs, mais de vous donner des clés pratiques, des habitudes et des conseils que vous pourrez appliquer afin de passer d’un état à un autre.

Il faut l’avouer, l’état d’esprit dans lequel vous êtes quand vous êtes motivé est souvent bien plus agréable que lorsque vous êtes démotivé !

Quelles applications pour vous ?

Dans la réalité, on a tendance à réduire le champ de ce qu’est la motivation. Pourtant, en augmentant son spectre, en l’observant minutieusement au travers de nos différents états d’esprit, nous augmentons nos possibilités d’agir. Lorsqu’une situation ne nous convient pas, nous pouvons la subir et donc être la cible d’effets pervers à plus ou moins long terme, ou nous pouvons agir.

Certains d’entre vous me diront que parfois on ne peut pas agir et qu’il faut faire avec.

Et vous aurez raison… pour une part !

Vous pouvez faire avec et rester dans l’état d’esprit ou vous êtes, vous augmenterez alors votre frustration et votre mal-être.

Ou alors, vous pouvez faire avec et changer d’état d’esprit. Vous vous donnerez alors les moyens de voir, d’entendre, de comprendre et de ressentir les choses différemment. Reconnaître et exprimer ses émotions, c’est le premier pas, et donc le plus important, pour regagner le contrôle de vous même.

Rester dans le même état d’esprit lorsque la situation ne vous convient pas, revient à fermer les yeux sur votre situation. Vous ne pouvez plus l’analyser clairement, vous perdez de votre lucidité, de votre confiance en vous. En ouvrant les yeux, en changeant votre état d’esprit, vous devenez un véritable acteur d’un éventuel changement, vous reprenez le contrôle de vous même, de votre centre de pilotage.

Au volant d’une formule 1…

Imaginez vous au volant d’une formule 1, vous êtes en tête de la course la plus important de votre vie, le deuxième est sur votre dos et prêt à en découdre. La situation dérape, vous commencez à perdre le contrôle de votre véhicule, le titre s’éloigne et la détresse vous envahit. A ce moment précis, vous avez deux choix : filer droit dans les plates bandes et sortir de la course, ou tout faire pour reprendre le contrôle de la situation et continuer votre course et éventuellement gagner.

Le choix est rapidement fait non ? Ouvrez les yeux, retrouver un état d’esprit victorieux et vous ressentirez mieux les mouvements, les bruits, la sensation de vos mains sur votre volant…

L’état d’esprit dans lequel vous êtes influencera grandement le résultat de la course. Partez gagnant et vous aurez une chance, partez perdant et la course sera fini avant même d’avoir commencée.

Pour la motivation, c’est pareil. Plus l’état d’esprit dans lequel vous êtes et favorable, plus vous décodez la motivation dont vous avez besoin, plus elle vous amène de puissance. Et à ce moment la vous aurez la possibilité de faire des choix et de ne plus subir.

Des études d’intelligence émotionnelle nous ont montrées que réintégrer son centre de pilotage émotionnel est un atout essentiel pour réussir. Quel que soit votre objectif, vous irez plus loin en vous appuyant en partie sur vos émotions que si vous ne vous ne vous basiez que sur une logique purement rationnelle.

Les actions que vous menez sont dirigée et organisée par votre motivation. C’est elle qui vous permet de vous mettre en mouvement autant pour des raisons ou des éléments « irraisonnés ». C’est ce que Michael Apter appelle « le pétillement des paradoxes », ce qui vous amène à ressentir une poussée d’adrénaline lorsque vous faites quelque chose d’inhabituel.

En savoir plus sur l’objectif de ce blog.